Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  là 

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez
9 janvier 2019 3 09 /01 /janvier /2019 20:26
Après un long silence, je reviens vers vous avec plaisir et bien sûr j’en profite pour souhaiter à tous une
Très bonne Année 2019
Pour ceux que passionne exclusivement l’aquarelle botanique il faudra être indulgents car me voilà en retraite et de ce fait je ne compte plus prendre mes pinceaux avec ce seul objectif.
La pointe de Pendruc, cliquez sur l'image pour voir l'aquarelle en grand

La pointe de Pendruc, cliquez sur l'image pour voir l'aquarelle en grand

Pour ce retour je vous poste une aquarelle commencée l’été dernier sur le terrain et que je viens d’aboutir d’après mes photos de ce jour-là. Pendruc est une plage agrémentée d’une belle pointe rocheuse située un peu au Sud de Concarneau.

J’aime beaucoup peindre ces gros blocs de granite arrondis par l’érosion, ils sont plus ou moins couverts de lichens variés disposés en « ceintures » selon la hauteur au-dessus de la mer en marée haute. Sur le sommet des rochers, on trouve souvent  à Pendruc des lichens crustacés blanchâtres se mélangeant un peu avec les jaune-orangé. Pour ces dernières, théoriquement, les espèces du genre Xanthoria seraient plutôt jaune d’or et plus en hauteur tandis que les Caloplaca seraient orange et souvent placées un peu plus bas. Ces boules de granite restent toujours hors de l’eau ; c’est la zone xérique seulement soumise aux projections d’embruns salés et qui abrite aussi sur les parois des petites touffes ramifiées gris-vert amande, ce sont des lichens du genre Ramalina. Derrière au fond, les rochers plus bas recouverts par la marée prenaient des teintes de bronze tranchant agréablement avec le bleu de la mer.

Pour parler un peu aquarelle, sur ce genre de sujet rocheux, je travaille beaucoup avec des mélanges diversement dosés de Violet caput-mortum, Vert oxyde de chrome et Indigo. Cela donne une gamme infinie de gris bleuâtres ou brunâtres ou verdâtres. Pour tirer vers le bronze j’utilise aussi l’Or quinacridone. La mer était d’un beau bleu lumineux, j’ai pris le Winsor blue red shade et j’ai tâché de tirer partie du grain du papier pour créer des rides dans l’eau qui ne soient pas trop systématiques.

Le papier que j’utilise en ce moment est le Langton prestige de chez Daler-Rowney, 300gr grain fin et c’est très suffisant comme grain pour moi qui suit habituée au satiné !

Vous pouvez retrouver sur le blog un article, photographique et un peu fantaisiste, sur les lichens du bord de mer là:

 http://www.aquarelle-bota-clairefelloni.com/article-jeux-photographiques-2-49261539.html

Vous pouvez retrouver sur le blog un article déjà consacré aux rochers marins là : http://www.aquarelle-bota-clairefelloni.com/article-22503711.html

 

 

A bientôt pour de nouveaux articles!

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 14:56

Dans le dernier numéro (n° 246) de « La Salamandre », figurent deux de mes contributions.

Pour les abonnés, il y a un Minigide sur les graminées détaillant 27 plantes qu’on qualifie souvent sans se casser la tête d’herbes folles. Une bonne révision m'était nécessaire : elles sont finalement toutes différentes et bien jolies ces graminées pour peu qu’on les regarde à la loupe !

Il y a aussi un article de la rubrique « Tout près d’ici » consacré à un sujet de saison ; cette fois c’est le Tilleul qui nous embaume en ce moment. Cet article est rédigé par Sofia Matos « Rêverie sous les tilleuls ».

La Salamandre, numéro 246

J’ai dessiné et aquarellé sur le terrain en juin dernier avec le plaisir de chercher de petits sujets à la fois représentatifs et anecdotiques autour des tilleuls sans rentrer dans le détail comme dans les miniguides. En tête de l’article figure une aquarelle montrant les beaux tilleuls du château de Sourches qui surplombent les douves sèches accueillant le conservatoire de la Pivoine. Ensuite, je suis allée près de chez moi dans un arboretum pour donner des vues plus détaillées de rameau, feuilles et fleurs des deux principales espèces, le Tilleul à grandes feuilles (Tillia platyphyllos) et  le Tilleul à petites feuilles (Tilia cordata).

 

 

 

En fouillant au pied des arbres, j’ai trouvé des petits plans qui m’ont surpris par la forme digitée des cotylédons, ces deux premières feuilles sont très différentes de celles qui suivront !

Quelques butineurs en action!

Quelques butineurs en action!

 

 

Pour donner un peu de vie dans tout ça j’ai ajouté quelques butineurs, quelques insectes bien associés comme les gendarmes, le sphinx du Tilleul et les fameuses galles du Tilleul qui forment des petites cornes rouges sur les feuilles : les cécidies.

 

 

 

 

 

Que ces extraits de mes notes de terrain ne vous empêchent pas toutefois, de vous procurer ce numéro 246 de la Salamandre qui regorge par ailleurs d’articles intéressant pour les curieux de nature!

Partager cet article
Repost0
4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 00:53

Je reviens d’un petit séjour au sud du Portugal et j’ai envie de vous poster quelques photos des plantes de parcs et jardins rencontrées là-bas, car c’était un plaisir de voir ces espèces en plein air et parfois fleuries au mois de Février !

Pour commencer un petit tour à Tavira où nous étions basés ; de chaque côté du rio Gilao, voici des arbres portant des grosses boules de fleurs roses façon hortensia, que j’ai eu un peu de peine à identifier, des Dombeya wallichii originaire de Madagascar.

Puis, très présent aussi avec parfois des troncs impressionnants voilà le Faux povirier (Schinus molle) garni de ses baies roses.

Des massifs de Strelitzia décorent l’entrée du pont romain.

La ville est ponctuée de Palmiers et de Pins de Norfolk, c’est un araucaria (Araucaria heterophylla) à la silhouette très caractéristique qu’on voit d’ailleurs dans toute la région. Le voici près du château.

 Dans la cour du château un beau jardin en terrasse est installé avec un énorme Ficus elastica et des jacarandas (Jacaranda mimosifolia), en ce moment leur feuillage est doré et quelques fruits y restent accrochés. 

 

Une liane proche des bignones apporte de la couleur, c’est la liane aurore (Pyrostegia venusta). La voici dans un autre contexte devant le palmier le plus haut qu’on voit dans cette région, un Washingtonia.

L’autre palmier qu’on rencontre à foison, c’est le Phoenix canariensis ou Dattier des Canaries en grand danger en ce moment du fait des attaques d’un coléoptère (Rhynchophorus ferrugineus).

Mais voyez : j’ai quand même vu de beaux spécimens !

En bord de mer dans le sable c’est un peuplement de Mimosa (Acacia longifolia) donné espèce envahissante au Portugal et de Filaos (Casuarina sp.) à droite en arrière-plan.

A Faro nous avons vu dans le jardin de l’Almuneda des arbres imposants. Ayant repéré des grappes de petits fruits qui me faisaient penser au Raisin d’Amérique, j’ai cherché et trouvé qu’il existait un Phytolacca dioica beaucoup plus grand planté en Espagne et faisant une belle ombre puisque c’est ainsi qu’on le nomme : Belombra bien que le mien ne semblait plus très feuillu…

… par contre son pied éléphantesque était impressionnant.

 

Pour finir, une autre journée nous avons suivi le littoral vers l’est, et à Cabanas j’ai eu l’occasion de m’approcher des grappes de fruits d’un Agave effondré

Et ensuite j’ai enfin vu le verger d’amandiers en fleurs tant espéré sur fond de mer et d’un fort à la Vauban ; que demander de plus ?

Un au revoir à cette belle région de l’Algarve depuis le petit village perché de Cacela Velha !

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 18:19

Cette aquarelle d’une lisière de champ au printemps montre au loin un tracteur et un peu de fumée. Il n’est pas mauvais qu’un petit détail même minime rende une aquarelle d’arbre plus vivante ! J’ai été séduite par une lumière matinale qui réveillait les couleurs et par le contraste entre les frondaisons dorées éclairées de la droite et la partie de l’arbre dans l’ombre à gauche plus graphique. J’ai choisi un papier de Daler-Rowney, « The Langton prestige » 300gr, dit grain fin mais ce grain est déjà assez prononcé.

Cliquez dessus pour la voir en plus grand!

Cliquez dessus pour la voir en plus grand!

Je suis en train de rédiger un Pdf « Arbres » qui sera ajouté à ma collection de sujets à copier au choix sur une clé USB. D’une bonne douzaine de pages, assez généraliste, il abordera dans une première partie la construction et le dessin, puis détaillera l’aquarelle montrée ici plus en détail et reviendra sur d’autres sujets couleurs pour mettre en lumière des points particuliers. Evidemment, un sujet aussi vaste ne peut pas être résumé aussi vite, la silhouette d’un feuillu diffèrent fortement de celle d’un conifère, le traitement du feuillage également, mais il y a pourtant des généralités à dire qui permettront ensuite plus rapidement d’explorer des pistes variées selon les essences à représenter.

 Le choix d’un individu en fonction aussi de son histoire qui se reflète souvent sur sa silhouette, le choix en fonction de son entourage le mettant plus ou moins en valeur, le choix de la saison, le choix de la technique utilisée (mine de plomb, sanguine, lavis d’encre de chine ou aquarelle sont évoqués dans ce pdf)) ; tous ces choix doivent être soupesés avant de passer à l’action !

Que cette image en tout cas me serve de carte de vœux ! Je vous souhaite à tous de finir agréablement cette période de fêtes et d’aborder 2018 avec panache ! (ce panache pourrait être un pinceau, par exemple…)

Partager cet article
Repost0
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 09:58

J’ai peint cette aquarelle d’après mes photos prises en janvier dernier en Guadeloupe, pour me replonger dans cette atmosphère lumineuse qui nous manque en ce moment au Nord de la Loire !

L’aquarelle représente le petit canal d'accès à la mangrove.

Souvenir de la mangrove

Au Nord-est de Basse-Terre, nous avons visitée à Viard, la zone de mangrove en pilotant un pédalo muni d’un moteur pas violent du tout pour ne pas déranger les oiseaux et accompagnés d’un jeune guide en canoé, qui nous a fait découvrir ce milieu.

Les quelques photos qui suivent vous montrent certaines curiosités qu’il nous a fait découvrir

Les mangroves se développent sur les rivages du Grand et du Petit Cul-de-Sac Marin et dans certains estuaires. Du front de mer vers l’intérieur des terres, on distingue tout d’abord la mangrove du bord de mer constituée par le palétuvier rouge (Rhizophora mangle), la mangrove arbustive composée de palétuviers rouges et de palétuviers noirs (Avicennia germinans) et la mangrove haute composée de palétuviers rouges et de palétuviers blancs (Laguncularia racemosa).

Les quelques photos qui suivent vous montrent certaines curiosités que Christophe nous a montrées.

Les palétuviers rouges depuis leurs branches renvoient des racines échasses pour avancer dans l'eau laiteuse de la mangrove

 

Le crabe du palétuvier (Aratus pisonii), qui avance droit.

Des huitres qui s'installent sur les racines échasses.

Les racines-échasses des palétuviers rouges avec leurs points blancs de dessalinisation

La plantule du palétuvier rouge qui s'allonge et finira par se détacher de son support et se planter naturellement sur le fond de la mangrove.

Les fleurs du palétuvier rouge (Rhizophora mangle L.)

Christophe prend par dessous une  Cassiopée, ce sont des méduses posées sur le fond qui nettoient le milieu.  
 

Pour finir voici la mangrove du bord de mer quand ses îlots s’écartent laissant plus d’eau libre.

Souvenir de la mangrove
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 14:55

Entre la  Pointe de la Chaine qui ferme la baie de Cancale et la Pointe du Grouin, plusieurs anses se succèdent et notamment celle de Port-Briac, depuis laquelle j’ai peint cette aquarelle.

port-briac1.jpg

On voit au fond le fort des Rimains, tout proche du Rocher de Cancale que je vous ai montré récemment.Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand !

L’aquarelle, encore une fois, est un peu rognée dans ce scan car elle est assez grande, toujours peinte sur un quart de Jésus de Saunders Waterford 425gr. Sur cette côte dite Côte d’émeraude, la mer n’est émeraude que si le ciel est bien bleu. Parfois, elle est très claire et paraît presque argentée, comme un dos de sardine, si le ciel est juste un peu couvert comme ici.Les plissements géologiques qui sont visibles sur la pointe m'inspiraient par leur graphisme et les variations de couleur de la roche.

J’ai utilisée de la gomme à masquer pour réserver mes deux petits bateaux, c’est obligatoire si on veut une belle unité sur le dégradé de la mer.

Cette fois-ci, c’est vraiment la dernière marine de la saison, le sujet botanique va maintenant reprendre toute la place sur ce blog !

Partager cet article
Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 12:36

J’ai eu quelques difficultés à trouver des sujets plus végétaux que minéraux à Cancale ! Mais c’était tellement agréable de rester sur le littoral avec une petite brise marine qui tempère la chaleur.

rochercancal1.jpgCliquez sur l'image pour l'agrandir!

Quand je descends à l’Abri des flots, je peux regarder sur ma droite et c’est le sujet de la Pointe du Hock que je vous ai posté récemment. Si je regarde à gauche, vers le Grouin, je peux choisir en restant au pied des rochers de peindre le Rocher de Cancale, au large de la Pointe de la Chaine.

On voit le rocher sur un autre sujet peint l'an dernier, voir !

C’est un rocher fort heureusement accessible seulement aux cormorans, et aux goélands, qui y nichent. Sur ce bout de côte, on voit aussi fréquemment passer des bandes de bruyants huitriers-pie, et des aigrettes garzettes, au ramage si mal assorti à leur beau plumage ! Dans les parages, pêchant autour du rocher et de la pointe, mais pas en plein été, on peut observer aussi des harles huppés et du pingouin torda.

J’ai profité de la halte d’un vélo pour animer un peu mon aquarelle. J’ai bien du plaisir avec ces grandes plages de ciel et de mer, à creuser dans mes godets de bleu (bleu de Cobalt, Indigo, mais moins le bleu Outremer).

Les variations de couleur dans les rochers m’enchantent toujours autant ! Jamais je ne me sers du gris de Payne, je préfère faire mes mélanges avec Indigo ou Outremer plus Terre de Sienne brûlée ou Caput mortum par exemple ; ou pour un gris clair j’aime bien le gris de Davy bleui d’un peu d’outremer. Là, il y a aussi la Pierre de Fiel et le Sépia qui interviennent dans les mélanges pour les rochers.

Depuis cet endroit, la côte est visible partout, même quand on regarde vers le nord-est, comme c’est le cas ici ; au fond c’est la côte du Cotentin et quand il fait clair on voit bien Granville. Le Mont St-Michel était un peu plus à droite ; pour le peindre il faudrait faire un sujet tout en longueur !

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 22:52

La Pointe du Hoc à Cancale reste un sujet d’aquarelle dont je ne me lasse pas. Dans cette vue, je l’ai représentée  depuis la plage de l’Abri des flots où nous avons le plaisir de nous baigner souvent.

hocancale1

La digue qu’on peut voir au loin cache une piscine qui se remplit à marée haute, j’ai appris qu’elle avait été construite par les allemands pendant l’occupation mais c’est un unique témoignage… en tout cas les enfants sont ravis de sa présence. La pointe elle-même est bien plus arborée maintenant que dans les vieilles cartes postales où les quelques maisons existantes semblent posées sur un cap nu. Le beau grand pin n’est donc pas si vieux que ça ; il s’agit, comme les autres qui parsèment la côte jusqu’à la pointe du Grouin, d’un Pin de Monterey (Pinus radiata), voir les pommes .

Ces pins, tout comme aussi les Cyprès de Lambert (Cupressus macrocarpa), ont vraiment changé l’allure de la côte, l’ont rendue plus souriante et ont permis que s’installent aussi des jardins plus abrités où prospèrent depuis Camélias et Hortensias. Au fait, vous rappelez-vous de mon aquarelle du Jardin de Cancale ?

J’ai peint cette fois aussi sur du Saunders Waterford 425 gr et je commence à y prendre goût. Le ciel a été relavé plusieurs fois et retravaillé dans le mouillé car je n’arrivais pas à rendre ces nuages d’altitude très légers comme des voiles. Ces ciels bretons ne sont d’un bleu de cobalt que vraiment haut dans le ciel ; en descendant vers l’horizon le bleu s’éclaircit et se nuance de turquoise (j’ajoute un peu de vert émeraude à la phtalocyanine) puis à l’horizon existe le matin quand il fait beau une lumière légèrement rosée (carmin plus gomme-gutte très dilués).

Je n’ai pas pu scanner le tout il manque un peu d’espace sur tout le tour de l’aquarelle, la feuille mesure 28  par 38 cm, c’est un quart de Jésus. J’ai peint mon aquarelle en 2 fois 2 heures environ, au même moment de la journée le matin, pour que le cap ne soit pas écrasé de lumière ou à contrejour !

Bonnes vacances à vous si vous en prenez !

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 15:11

Nous voici à l’époque des stages d’aquarelles de terrain. Celui de Juillet au Mans vient de s’achever et nous avons eu une météo splendide pour cette fois ; les parapluies ont plutôt servi d’ombrelle !

Chaque jour du stage, je fais à mes stagiaires une proposition différente matérialisée par un petit travail préparatoire qui n’est là que pour les guider dans le choix de leur sujet.

a-Ballon-ob.jpgPour cette petite aquarelle peinte la semaine précédente dans les jardins du Donjon de Ballon, où nous passions une des après-midis du stage, j’avais choisi un format réduit, et bien ciblé ce que je voulais représenter sans plus. Le pot du premier plan n’est pas censé être la vedette ; ce serait plutôt le rosier grimpant « Aimé Vibert , bouquet de la mariée », qui se trouve au cœur de l’échappée centrale de mon aquarelle car il existe dans ce jardin un mur de rosiers lianes long de 80 mètres.

Mais ce pot de droite avec sa boule de Buis, puis l’arbre sombre qui le met en valeur sont des éléments qui aident à rendre la profondeur, les plans successifs.

La construction au crayon a été très légère, je suis passée très vite à la couleur.


photos-6862sandrine.jpg photos 6862 elianeJ'incite toujours à ce que les points de couleurs des fleurs soient posés en priorité, pour les protéger de tout débordement de vert. Ensuite on peut procéder par plans successifs, ce qui évite de couvrir des couleurs claires proches et à réserver; donc, pour ma version, le pot de terre et son petit buis, puis la pelouse au pied, l’arbre sombre derrière, le rosier, les grands topiaires et le fond qui a intérêt à rester discret et clair.

photos 6825ob

 

Disons pour conclure que dans ces sujets de jardins, il est primordial de bien varier les verts en nuance comme en intensité et les pigments très variés dans leur composition (minérale ou organique de synthèse) que nous proposent les fabricants ne sont pas du tout superflus !


Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 13:54

 

Hier avait lieu notre première Fête de la Rose dans la roseraie du Jardin des Plantes du Mans. L’organisation de cette journée revenait aux membres de la Société d’Horticulture  de la Sarthe, dont je fais partie, certains ont eu beaucoup de travail à commencer par notre nouveau président Olivier Borody ! La ville, il est vrai, nous avait fourni un soutien logistique conséquent et bien que la météo nous ait un peu (et même beaucoup) fait défaut, beaucoup de manceaux sont venus nous rendre visite.

rosa-claire-gibault1.jpg

Le stand du cours d’aquarelle botanique a été très fréquenté toute la journée. Mr Jean-Pierre Vibert m’avait apporté des roses sur le stand et j’ai choisi pour ma démonstration une des ses créations de 2005 dédiée à Claire Gibault ; c’est un hybride de rosa gallica à voir ici : http://www.jeanpierrevibert.com/fr/rose/claire-gibault/129

C’est juste une petite étude au pied levé, qui manque de contraste! Pour la seconde fois, je travaille sur un papier beaucoup plus épais que d'habitude : de l’Arches satiné 640 gr, et ma première impression est que sa surface s’avère moins précieuse que le 300 gr mais par contre, il n’est pas nécessaire de le tendre et on dispose de plus de temps pour le premier travail dans le mouillé.

photos 0977photos-0971.JPGphotos-0976demo.jpgCertains de mes élèves étaient venus peindre à mes côtés, ou simplement parler du cours aux visiteurs et me soutenir à grand renfort de boissons chaudes, merci à eux de ce soutien. Merci aussi à Chantal pour les photos illustrant cet article !

photos-0968.JPG photos 0982

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la partie du stand dédiée à leurs travaux, un ensemble vocal " l'écart de ton", est venu nous interpréter quelques chansons de la Renaissance évoquant la rose, sa beauté, sa fraîcheur et sa brièveté ! Une journée qui fera un beau souvenir à nous tous !

Partager cet article
Repost0