Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : aquarelle-bota-clairefelloni
  • : Le blog met en ligne des cours d'aquarelle botanique, il parle de mon activité d'animation de stages d'aquarelle botanique, de mon métier d'illustratrice-nature, de mon intérêt pour la tradition de la peinture naturaliste, les sites naturels,la flore, et la faune sauvage.
  • Contact

Recherche Sur Le Blog

Pivoines de Sourches

Pour acquérir un print numéroté et signé de mes aquarelles de Pivoine du Château de Sourches, cliquez  là 

 

Leçons en Pdf

Les clés usb: cliquez
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 19:53

On ne connait de ce peintre que trois grands panneaux peints à l’huile sur toile (92 x 120 cm) qu’on date d’environ 1615. J’ai pu en admirer deux de nouveau hier en faisant une longue visite à Paris au Musée des Arts Décoratifs. Girolamo Pini est un peu une énigme, il pourrait bien être un élève de Jacopo Ligozzi puisqu’il est actif à Florence au même moment. Le troisième tableau également au musée des Arts décoratifs et où figure au centre un très bel iris de Suze n’est pas accroché au musée, du moins en ce moment.

 

Girolamo Pini est complètement dans l’air du temps à l’époque où il peint ces toiles ; ce sont des  Florilèges, sortes de beaux catalogues montrant surtout des plantes bulbeuses qui sont très appréciées dans les jardins princiers. Chaque plante de ces tableaux a nécessité une bonne dose d’observation botanique et cette tendance est assez récente à l’époque, encouragée par les mécènes éclairés et passionnés de sciences naturelles que sont les Médicis. Ici, le décoratif ne prend pas le dessus et le peintre a très probablement eu tous ces spécimens sous les yeux, ce qui donne une idée de la richesse des jardins botaniques de la renaissance au Nord de l’Italie. Trois de ces jardins fondés par les Médicis sont alors réputés pour leur intérêt scientifique : d’abord ceux de Pise et de Padoue, puis celui de Florence. Jacopo Ligozzi peint de vraies études botaniques sur papier. Girolamo Pini, lui, peint à l’huile et cette technique reste mieux en phase avec une conception plus décorative, plus anecdotique de ce genre de travaux.

 

Voyez par exemple cette mouche négligemment posée sur le rouleau de parchemin maintenu par des épingles qui détaille l’inventaire des plantes représentée sur le panneau. C’est le genre de petite fantaisie que s’accordent souvent les peintres de fleurs de l’époque, Giovanna Garzonni le pratique également. Mais jamais ces peintres de nature italiens du début du 17ème que sont Jacopo Ligozzi, Giovanna Garzonni ou Girolamo Pini  ne vont tomber dans des apports un peu fantastiques qu’on pouvait voir au 16ème siècle dans certains  cabinets de curiosités (par ex. sur les peintures de Joris Hoefnagel).

 

Par contre, il n’est pas interdit de tirer un parti le plus décoratif possible pour embellir la collection du prince, c’est cela un Florilège ;  et Girolamo Pini nous montre son catalogue sous la forme d’un beau semis floral tel qu’on en voyait sur les tapisseries du moyen-âge sauf que là c’est le sujet principal du tableau et très bien documenté !

Le fond en mi-teinte caramel  fait mieux ressortir les fleurs blanches, qu’il est toujours très délicat de représenter sur une feuille blanche, il faut l’avouer et là le peintre se régale de cette liberté que donne l’huile. Vous remarquerez que quelques vedettes sont mises à l’honneur, comme la Pivoine et la Fritillaire « couronne impériale », ainsi que l’Iris de Suze (que vous ne verrez pas !...).

 

J’ai tenté de retrouver les espèces figurées mais Linné n’était pas encore passé par là et ce serait hasardeux d’aller plus loin dans une identification. Bien sûr la Fritillaire impériale (Corona imperiale), est facile à nommer mais la grande Pivoine est listée comme Peonia dup. et je ne sais pas à quoi cela correspond !

 

 

 

 

 

 

Mes photos laissent à désirer, l’éclairage faible, les brillances sur la surface, mais je ne résiste pas à faire partager mon intérêt pour ces tableaux que vous devriez bien aller voir à l’occasion , rue de Rivoli, au Musée des Arts Décoratifs qui est une merveille à visiter !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Yann 09/04/2019 20:30

Bonjour Claire,
C'est magnifique de précision. On a envie de s'arrêter sur chaque fleur et en même temps le tableau nous impose un regard d'ensemble.
C'est une belle trouvaille !

de Rigal Michelle 08/03/2019 10:14

Merci chère Claire, de nous faire partager ton enthousiasme pour ce peintre qui m’était jusqu’ici tout à fait inconnu, c’est magnifique ! Merci aussi pour tes aquarelles qui donnent envie de se rendre vite dehors pour contempler les petites feuilles tendres du printemps.

Elizabeth 06/03/2019 21:09

Merci, Claire; je ne connaissais pas du tout. Belles études de fleurs. Je vois que tu occupes bien ta retraite!

Claire Felloni 07/03/2019 11:49

Oui, c'était une belle journée parisienne! On pourrait passer deux jours dans ce musée!

Claireb 06/03/2019 20:15

C'est peint sur toile ? On a presque l'impression que c'est peint sur bois...

Claire Felloni 06/03/2019 20:23

Oui c'est bizarre! l'impression vient sans doute de la couleur du fond mais sur place le cartel à côté précise bien huile sur toile, alors ... Et puis sur les brillances en haut certaines craquelures n'évoquent pas le bois! J'ai passé la journée au musée, il est superbe!